Michèle George

C’est à Ostende, où je suis née en 1974, que j’ai découvert à l’âge de 12ans ma passion pour les chevaux. Ma maman m’emmenait dans un petit club hippique tout près de chez nous et c’est là que j’ai très vite compris que les chevaux étaient bien plus que de simples animaux.

Environ un an plus tard j’aidais à entraîner différents chevaux de course. Ma grande taille m’a forcée à trouver une autre discipline, le saut d’obstacle. Peu de temps après, j’ai abandonné et me suis lancée en dressage. 

C’était vraiment mon truc, et jusqu’à ce jour toujours ma passion…  Les années d’entraînements  et les concours passent, mais un jour j’ai un accident grave en longeant un jeune cheval … Arrivée à l’hôpital, le verdict des médecins était très clair, la chaise roulante à vie ! Il faut savoir qu’à ce moment-là, j’avais une vingtaine de chevaux à l’écurie qui, tous, m’attendaient pour être travaillé ou sorti, c’était terrible …il fallait que je trouve une solution ! Rester à ne rien faire n’était pas une option,  j’ai donc décidé  de réapprendre à me mettre debout avec l’aide de mes béquilles et ensuite à marcher. Quelques semaines plus tard je marchais…mais cette fois-ci sur le dos de mon meilleur ami «Loutje». Après beaucoup d’heures d’entrainement j’ai découvert l’utilité de la cravache comme moyen de substitution à ma jambe gauche (vu que j’ai perdu la sensibilité de mon pied gauche).  

Etant de nature très compétitive, monter sans avoir un but n’était jamais une option pour moi, j’ai décidé après environ 6 mois de m’inscrire en toute sérénité à un concours. Et j’ai gagné ! Un sentiment indescriptible! Un juge m’a remarquée et en a parlé au coach national qui m’a immédiatement invitée pour une classification. Cette même année j’ai obtenu ma sélection pour le Championnat d’Europe en Norvège où j’ai fait un bon résultat, une médaille d’argent.  Un an plus tard je faisais partie de l’équipe qui participait au Jeux Equestre Mondiaux au Kentucky (USA). Là aussi j’ai gagné une médaille d’argent, ce qui me donnait le titre de vice-championne du monde. En 2011 j’ai pu me qualifier pour le Championnat d’Europe qui avait lieu en Belgique mais malheureusement j’ai dû déclarer forfait à la suite d’une infection virale que mon cheval a attrapée lors d’une compétition en France.

2012 était l’année des Jeux Paralympiques de Londres. Là aussi j’ai pu me qualifier. Fuchs était au top et il a donné le meilleur de lui-même. Il m’a ouvert la route vers 2 médailles d’or et une amélioration de notre record personnel.

Paralympic Champions are made in Belgium ! 

Je voudrais ajouter quelque chose, « the sky is the limit », n’abandonne jamais…si tu ne vois pas tout de suite un rayon de soleil, cherche une étoile qui te donnera de la lumière !

 

Michèle